13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 11:47

Aux Etats-Unis (on va finir par croire que je suis correspondant permanent aux Etats-Unis, moi, lol), l'association des représentants d'auteurs (AAR) vient de rejoindre la Guilde des Auteurs en envoyant au Département américain de la justice une lettre protestant contre l'abolition du mandat d'agence, ou prix d'agence (agency model). Or, c'est précisément ce mandat d'agence, un arrangement entre cinq grandes maisons d'édition et Apple, qui a permis aux grands éditeurs de garder les ebooks à un niveau de prix élevé. En agissant ainsi, l'association des agents d'auteurs et la Guilde des Auteurs se sont rangés du côté des grands éditeurs et des tenants traditionnels du marché du livre... Tout en se mettant en porte-à-faux contre les auteurs indépendants et les lecteurs qui réclament une baisse du prix des ebooks.

 

L'un des derniers grands pans de l'édition traditionnelle vient de s'effondrer. Pendant des années, j'ai dit, sur mon site, sur ce blog et en interview, que ce qui nous manquait en France, à nous autres auteurs, c'étaient des agents pour représenter nos droits et les défendre auprès des éditeurs. Je suis persuadé que j'avais raison de le dire, parce qu'il est très difficile pour un auteur de négocier directement avec un éditeur, et que l'agent pouvait jouer le rôle de "pare-feu affectif" en représentant l'auteur sur les questions financières.

 

Je reste convaincu que J.K. Rowling, l'auteur des Harry Potter, doit son succès mondial, outre son propre talent, au fait d'avoir trouvé un agent américain. A titre d'anecdote, elle s'en est d'ailleurs séparé depuis. De même, les agents ont été de précieux alliés des auteurs dès lors qu'il s'agissait de défendre les droits sous forme d'adaptation audiovisuelle, les traductions en langue étrangère et droits dérivés.

 

L'arrivée de l'ebook, cependant, est venu chambouler la donne. Le fait d'avoir un nombre beaucoup plus important d'auteurs américains qui, à présent, peuvent gagner directement leur vie en appuyant simplement sur un bouton, sans avoir besoin d'agent, a remis bien des choses en perspective. Les auteurs peuvent désormais avoir l'impression que ceux d'entre eux qui parvenaient à trouver le bon agent avaient autant de chance que s'ils avaient gagné au loto.

 

Et ils peuvent se dire, comme je l'ai déjà fait en 2010 lorsque j'ai décidé de prendre à bras-le-corps mon activité d'autoédition, qu'ils ne veulent plus jouer au loto avec leur travail.

 

L'auteur Joe Konrath vient de démonter sur son blog l'argumentaire de Simon Lipskar, président de la Maison des Ecrivains (une agence littéraire). Simon Lipskar rejoignait l'association des représentants des auteurs (AAR) et la Guilde des Auteurs dans leur requête auprès du département de la justice de rétablir le mandat d'agence.

 

Le billet de Konrath fait suite à d'autres où il se chargeait de faire subir le même sort, arguments à l'appui, à l'action de l'AAR, de la Guilde des Auteurs et au mandat d'agence en lui-même.

 

En substance, les éditeurs accusent Amazon d'avoir vendu à perte en baissant les prix des ebooks des bestsellers, et de vouloir devenir un monopole. De son côté, Joe Konrath et de très nombreux auteurs indépendants accusent les grandes maisons d'édition de se comporter comme un cartel, notamment en s'accordant sur les très faibles droits consentis aux auteurs sur le prix des livres et des ebooks, mais aussi bien sûr en élevant induement le prix des ebooks.

 

Le jeu des agents d'auteurs et des grands éditeurs est de dire : "les ebooks doivent être chers, car les grands éditeurs ont des charges très importantes, et plus les ebooks seront chers, mieux les auteurs et les agents pourront être rémunérés. C'est aussi de cette seule manière que pourra survivre la chaîne du livre."

 

Le jeu des auteurs indépendants est de dire : "nous n'avons plus besoin de grands éditeurs ni d'agents, nous pouvons faire de la vente quasiment directe aux lecteurs. Nous voulons des ebooks moins cher pour nos lecteurs. Si les grands éditeurs veulent survivre, ils doivent s'adapter et améliorer grandement nos droits d'auteur, la transparence des comptes et de nombreux autres aspects du business".

 

Konrath a aussi mis en évidence que la chaîne de librairies américaine Borders était déjà au bord de la faillite en novembre 2009 c'est à dire avant l'explosion de l'ebook. De nombreux auteurs constatent que depuis la disparition de Borders, des librairies indépendantes ont ouvert en nombre plus important, et cohabitent très bien avec l'ebook. Les deux ne sont donc pas incompatibles.

 

Ce ralliement des agences littéraires au mandat d'agence, et aux intérêts des grands éditeurs, a mis en évidence une chose : ce sont les éditeurs qui payent en premier lieu les agents littéraires, puisque ceux-ci perçoivent une commission sur les avances faites aux auteurs. Bien que dans leurs statuts, la loyauté première des agents littéraires doive aller aux auteurs, dans la réalité, c'est bien aux grands éditeurs que va leur dévouement.

 

Résultat des courses ? De nombreux auteurs sont en train de laisser tomber leur agent. Konrath lui-même, qui a gardé son agent, est en désaccord frontal avec cette dernière concernant le mandat d'agence. Une auteur comme Kristine Rusch a parfaitement relaté comment, avec l'arrivée des ebooks et le resserrement des conditions de signature de contrat pour les auteurs chez de grands éditeurs, certains agents se sont mis à trahir leurs auteurs de milieu de liste pour favoriser les auteurs best-sellers, en faisant signer aux premiers de nouvelles clauses défavorables.

 

Vous pensez peut-être que tout cela n'arrivera pas en France ? C'est vrai, les agents littéraires sont pratiquement absents du marché français. Ce seront donc les autres aspects du modèle traditionnel, les aspects les plus étouffants pour les auteurs et les plus défavorables aux lecteurs qui seront mis à mal. Et on ne va pas s'en plaindre. Vive la révolution !

Partager cet article

Published by Alan Spade - dans Ecrire, éditer, lire
commenter cet article

commentaires

Secretariat de l'auteur Dominique JONGBLOED 15/05/2012

Parfaitement en accord avec vous - L'auteur s'est récemment séparé de la personne qui le représentait et traite désormais par son secrétariat ses affaires : depuis ses droits d'auteurs vont mieux,
ses rentrées croissent et les signatures de ses oeuvres se font en direct avec les éditeurs et autres interlocuteurs avec beaucoup moins de complications.

Présentation

  • : Alan Spade
  • Alan Spade
  • : Ecriture, édition, livres numériques, science-fiction, fantasy et fantastique sous toutes leurs formes : autant de sujets qui me passionnent et qui font l'actualité de ce blog.
  • Contact

Profil

  • Alan Spade
  • Marié et père de deux enfants, j'ai été critique de jeux vidéo avant de me tourner vers l'écriture. Mes sources d'inspiration : tout ce que je peux vivre personnellement ou par procuration !
  • Marié et père de deux enfants, j'ai été critique de jeux vidéo avant de me tourner vers l'écriture. Mes sources d'inspiration : tout ce que je peux vivre personnellement ou par procuration !

Recherche

Prochaines dédicaces

- samedi 9 août, 10h00-19h00 : Leclerc Fosses, ZI de Fosses, Fosses (95)

- samedi 6 septembre, 10h00-19h00 : Auchan Val de Fontenay, Av. du Maréchal Joffre, Fontenay sous Bois (94)

- samedi 13 septembre, 10h00-19h00 : Espace culturel Leclerc Moisselles, Centre commercial Moisselles Domont, Moisselles (95)

- samedi 20 et dimanche 21 septembre, 10h00-19h00 : Cultura Pince Vent La Queue en Brie, avenue de l’Hippodrome, La Queue en Brie (94)

  - samedi 4 octobre, 10h00-19h00 : Cultura St Maximin, ZAC du bois des fenêtres, rue de l'égalité St Maximin (60)

- samedi 11 octobre, 10h00-19h00 : Cultura Carré Sénart, allée du Trait d'union, Lieusaint (77)

- dimanche 12 octobre, 10h00-19h00 : Cultura Gennevilliers, Avenue Charles de Gaulle, Gennevilliers (92)

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog